aller au contenu

Ce site utilise des cookies. En acceptant les cookies vous pourrez bénéficier d’une expérience de navigation optimale.

01/03/2018

‘Budget 2018 en boni’ Réalité ou illusion?

Budget et comptes sont des moments primordiaux dans la vie d’une commune : c’est là que se décident les projets pour l’année à venir et que se vérifie lesquels ont été réalisés.

C’est donc avec grand intérêt que nous nous sommes penchés sur le budget présenté par la majorité pour l’année à venir. Avec une 1ère réaction:

“Waouw, quel beau budget! Des projets, des subsides, des investissements, et malgré tout un boni confortable! Ce sont quand même de bons gestionnaires!”

Mais très rapidement, nous nous sommes souvenus de la crèche communale fermée parce que la commune disait ne plus pouvoir en assumer le coût. Tout n’irait-il pas aussi bien que la majorité veut nous le laisser croire? Ou bien ses   priorités ne seraient-elles pas les nôtres?

Un début d’analyse nous permet de trouver les points positifs:

  • 10.000 € pour soutenir l’achat de vélos électriques via des primes de 100 € : bonne chose. Dommage qu’ils aient refusé d’étendre cette prime à tous les vélos, et donc à tous les habitants, y compris aux jeunes et aux personnes moins aisées: c’est là que se situerait la vraie avancée pour une mobilité plus fluide sur la commune!
  • un proxibus plus grand et plus confortable : super! Nos écoliers, et leurs parents, vont apprécier l’amélioration de ce service. Dommage que les horaires aient été réduits et ne soient plus en phase avec les horaires des clubs sportifs notamment!
  • des poules pour gérer une partie des déchets : merci à Jordan d’avoir partagé sa très chouette idée lors d’un conseil communal pour que la majorité puisse la reprendre à son compte!
  • un beau projet pour la rénovation de la gare: espérons que les montants desloyers permettent aux acteurs locaux de s’y installer, ce qui n’est pas du tout garanti dans le projet actuel.
  • une augmentation des subsides à de nombreuses associations: un bon bol d’air pour plusieurs d’entre elles. Mais les critères objectifs d’attribution continuent à briller par leur absence et certaines associations ne comprennent toujours pas pourquoi elles ne peuvent pas bénéficier du même niveau de soutien de la commune que les autres.
  • les investissements pour les écoles communales: approbation sans retenue comme nous l’avons toujours reconnu.
  • 100.000 € de budget participatif: avancée appréciable destinée à financer des projets citoyens. Inouï quand même que la majorité se targue d’être pionnière en Wallonie dans cette matière alors que les 1ers budgets participatifs ont vu le jour dans la région au début des années 2000!

Bon, la poudre que la majorité nous avait jetée aux yeux retombe rapidement… Mais poussons donc notre analyse un peu plus loin pour voir ce que le reste du budget nous réserve.

Et là, nous sommes à nouveau bien déçus! La dotation de la commune au CPAS est annoncée à 539.000 €. Or le budget du CPAS l’annonce à 761.694 €: trouvez l’erreur… Ce beau boni, si important, se retrouve en une fois amputé de plus de 220.000 €. Oufti, que voilà une tromperie réalisée avec bien peu d’adresse! Mais tant mieux pour le budget du CPAS: la majorité pourra peut-être renoncer à poursuivre les bénéficiaires qui se retrouvent dans une situation financière plus que difficile suite aux poursuites engagées pour qu’ils remboursent des arriérés de facture dus à un mauvais calcul du CPAS lui-même?!

Continuons à nous concentrer sur le spectacle, même si nous commençons à nous fatiguer de sa piètre qualité…

Nous n’attendons pas longtemps avant de trouver un nouveau lapin dans le chapeau des beaux chiffres : plus de 750.000 € de recettes extraordinaires ne sont en fait qu’un one-shot dû au transfert obligatoire comme gestionnaire du réseau de distribution de l’énergie de la PBE vers Ores. Un tour qui ne pourra pas être répété et ne gonfle donc qu’artificiellement ce budget. Et encore, nous ne pourrons en bénéficier que parce que la commune a été contrainte de suivre la volonté de la PBE de se séparer des 4 communes wallonnes qui restaient dans son giron, pas parce que la majorité a trouvé l’opération intéressante! Et à nouveau de la fumée qui disparait bien vite…

De la fumée, c’est justement ce qui entoure la redynamisation du centre de Perwez: annoncée il y a 6 ans à travers un master plan et budgétisée pour soutenir les indépendants et améliorer les façades, c’est un échec total et on n’en retrouve
plus rien dans le budget. Alors que la mise en oeuvre d’un étang destiné à seulement quelques habitants de la commune et coûtant + de 500.000 € est toujours d’actualité ! Encore et toujours question de priorités…

Et voilà, la fin approche et nous regrettons de ne pas trouver quelques points tellement évidents:

  • Beaucoup trop peu d’investissements sont liés à la mise en oeuvre du zéro phyto : Perwez refuse de faire partie des bons élèves et n’est toujours pas décidée à devenir commune zéro phyto avant
    d’y être légalement obligée, ni même à promouvoir des techniques de jardinage alternatives auprès des particuliers.
  • Et l’extension du garage communal, où reste-t-elle? Indispensable pour entreposer le matériel neuf (et donc conserver les investissements de la commune) et promise depuis l’incendie de Derbigum en juillet 2015, cette extension ne se retrouve plus au budget. Tout au plus peut on y trouver une rénovation minimaliste de ce qui existe et qui a sérieusement souffert de l’incendie.
  • Au niveau mobilité et sécurité, rien non plus pour sécuriser les traversées des chaussées de Charleroi de Huy et de Wavre. Pourtant, le danger y est omniprésent lorsqu’il faut les emprunter et les traverser, en voiture, mais aussi principalement à pied ou à vélo. Et nous savons tous combien ces voiries sont utilisées!

Tout cela nous fait dire que l’affiche du budget était alléchante et qu’il était logique d’espérer passer un bon moment en la parcourant. Mais bon, nous avons vraiment déchanté et regrettons qu’année électorale obligeant, poudre de perlimpinpin et sparadraps soient largement distribués sans vision dynamique et ambitieuse pour l’avenir…

En fait, avec tout cela, on comprend encore mieux pourquoi le pouvoir en place refuse encore et toujours - alors que de très nombreuses communes le font - l’accès du bulletin d’information communal, pourtant financé par tous les habitants de la commune, aux autres tendances politiques: beaucoup trop de risques de voir divulgués au grand jour leurs tours de passe-passe!